Traites négrières

Le revenu de base ou revenu universel est un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres, sur une base individuelle, sans conditions de ressources ni obligation ou absence de travail. L'âge est parfois un critère discriminatif. Ce mode de fonctionnement économique est appliqué dans quelques pays ou à titre expérimental .

Selon les partisans de l'allocation universelle, la société aurait tout intérêt à parier sur la participation des individus à son progrès en leur libérant du temps pour leurs activités personnelles et en leur garantissant les moyens de subsister, considérant que l'activité salariée n'est pas la seule à contribuer au progrès de la société. Soit celui de l'opacité, et c'est le choix dans lequel beaucoup de sociétés se sont en fait engagées avec des politiques de réduction fiscale, qui sont défendues en mettant en avant les effets macroéconomiques bénéfiques qui sont supposés en résulter.

Menu de navigation

Patrice Luscan, Coface, devient le 41e président de l'ICISA 03/07/ Lors de l'assemblée générale annuelle de l'ICISA (International Credit Insurance and Surety Association) qui s’est tenue à l'occasion de son 90e anniversaire, les membres ont élu Patrice Luscan, directeur marketing et innovation du Groupe Coface, comme Président.

L' Alaska a mis en place l' Alaska Permanent Fund , une forme particulière de revenu de base financée par les revenus miniers et pétroliers de l'État. Le revenu de base est défendu au niveau mondial par des politiques allant des altermondialistes aux libéraux néoclassiques, des universitaires , des personnalités et des associations notamment regroupées au sein du BIEN. Selon Liêm Hoang-Ngoc deux branches existent pour l'allocation universelle: À chacun, ce faisant, d'organiser ses dépenses comme il l'entend [ 3 ].

Dans son livre Agrarian Justice , Paine évoqua l'idée d'une dotation inconditionnelle pour toute personne homme ou femme accédant à l'âge adulte et d'une pension de retraite inconditionnelle à partir de 50 ans. Il s'inspirait alors des expériences amérindiennes en matière de partage et d'attribution des terres [ 19 ]. C'est la valeur des améliorations uniquement, et non la Terre elle-même, qui doit être la propriété individuelle.

Chaque propriétaire doit payer à la communauté un loyer pour le terrain qu'il détient [ 20 ]. Dans son conte L'Homme aux quarante écus de [ 21 ] , Voltaire imagine la valeur locative de l'ensemble des arpents du royaume répartie entre tous ses sujets, et tombe sur la somme de quarante écus. Son héros se débrouille tant bien que mal pour vivre avec cette somme: Une autre description connue de l'allocation universelle date de avec la publication de la Solution du problème social ou constitution humanitaire [ 22 ] du philosophe belge Joseph Charlier , inspiré par Fourier [ 18 ].

L' utilitariste John Stuart Mill a aussi défendu le concept d'une allocation universelle, dans sa seconde édition des Principes d'économie politique , de même que Condorcet et Bertrand Russell lauréat du prix Nobel de littérature [ 18 ]. On a souvent justifié l'allocation universelle comme contrepartie à la propriété privée de la terre.

Le philosophe anglais John Locke justifiait en effet l'appropriation de biens communs comme la terre et donc le droit de propriété en déclarant, entre autres, que seul un propriétaire privé aurait intérêt à la mettre en valeur, puisque selon Locke, le droit de propriété s'applique uniquement au produit de son travail. Par exemple, quelqu'un n'a pas le droit de s'approprier l'unique source d'eau dans un désert.

Cette idée est aussi connue sous le nom de crédit social ou dividende social depuis , par les travaux de Clifford Hugh Douglas. Il ne s'agit pas de le financer par de la dette ni de lui allouer une valeur fixe, mais qu'il soit versé en création monétaire par la banque centrale pour assurer la création monétaire nécessaire en rapport avec la croissance de l'économie.

Ainsi il doit être nul en cas de décroissance. Jacques Duboin introduit dès les années l'idée d'un partage des productions et du travail dans ce qu'il nommera une économie distributive [ 25 ] , basée sur une monnaie de consommation et un revenu universel. Il diffuse ses réflexions via la revue La Grande Relève.

En mars , ce mensuel publie un numéro spécial consacré au revenu universel [ 26 ]. Le Mouvement français pour un revenu de base MFRB identifie 8 approches de financement d'un revenu de base [ 28 ]:. Ces propositions peuvent être regroupées en trois familles: En Allemagne, selon le modèle de l'ancien président du conseil des ministres de Thuringe, Dieter Althaus CDU , l'allocation universelle coûterait annuellement à l'État milliards d'euros, mais ce système est alors conçu comme venant en remplacement de l'actuel système d'aide sociale, qui coûte milliards.

Un autre type de financement de cette allocation universelle se ferait notamment par une imposition sur les revenus et sur la consommation TVA. Ainsi, tous les ménages, y compris les plus pauvres, paieraient un impôt. D'une manière générale, il n'y a pas de raison de créer un impôt spécifique pour financer l'allocation universelle: Marc de Basquiat [ 31 ] développe une proposition selon laquelle l'allocation universelle prend la forme d'une réforme de l'impôt sur le revenu qui serait transformé en IURR impôt universel de redistribution des revenus.

Pour Philippe Van Parijs , le financement de l'allocation universelle doit contribuer à l'équité et diminuer les inégalités. Doivent être taxés les dons et héritages, la pollution et les revenus marchands [ 32 ].

En effet la pollution détériore le sort des générations futures alors qu'elle est principalement le fait des couches les plus aisées [ 33 ]. L'emploi est devenu une ressource rare et très inégalement répartie. Majoritairement il fournit des avantages directs et indirects enviables.

L'équité exige que la valeur des privilèges attachés à l'emploi soit distribuée de manière égalitaire. D'où la taxation des revenus professionnels et, plus largement, de tous les revenus marchands [ 34 ].

Des montants adaptés doivent permettre de vivre décemment du seul revenu de base. Certaines incertitudes sont toutefois soulevées par Jacques Marseille , sur la participation au travail et sur les nécessités de financement [ 35 ]:.

Cette thèse d'une prime à la paresse est contestée par la philosophe Cynthia Fleury:. Des montants faibles, conformes aux thèses libérales peuvent être couplés à une privatisation de l'éducation, de la santé et des autres services publics [ 35 ]. Ils pourraient être présentés comme l'agrégation de dispositifs tels que le chèque éducation ou le chèque santé. Jean-Pierre Mon alerte sur ces propositions en ces termes:. Les partisans d'une allocation universelle souhaitent lui attribuer un montant faible et identique pour tous les êtres humains résidents, alors que les partisans d'un revenu de base plus élevé modulent leurs propositions sur une partie de la population comme les seuls adultes, les qualifications de la personne, ou encore, des montants différents en fonction de l'âge [réf.

En France, les propositions sont variées [ 35 ]:. Selon le modèle du crédit social , le coût serait nul, l'allocation n'étant que la répartition équitable de l'augmentation de la masse monétaire nécessitée par la croissance de la valeur des biens et services échangés. Ce modèle nécessite toutefois, pour être réalisé au sein de la monnaie étatique voir ci-après l'approche des monnaies numériques , la ré-appropriation par l'État de la fonction régalienne de création monétaire.

L'économiste Yoland Bresson propose que le financement du revenu de base soit assuré par création monétaire voir son intervention en vidéo à 4 min 20 s [ 40 ]. Plus récemment, le journaliste et économiste Anatole Kaletsky défend l'idée selon laquelle les banques centrales devraient faire de l' assouplissement quantitatif pour le peuple, plutôt qu'à travers le système bancaire, en rachetant des actifs financiers [ 45 ] , [ 46 ]. Selon cette idée, la banque centrale pourrait injecter de la nouvelle monnaie dans l'économie directement en versant de l'argent dans les comptes bancaires des citoyens [ 47 ].

Ce mode de financement fait débat, la théorie économique stipulant qu'une création monétaire excessive et régulière générerait une hyperinflation et, à terme, le risque de faillite de la monnaie [ réf. Différents mécanismes basés sur les rentes associées aux ressources naturelles et la compensation des externalités négatives ont été proposés. Le but de ces fiducies serait de maintenir au moins la valeur de ces biens pour les générations futures et de distribuer le surplus à la génération présente [ 48 ].

Le principe d'allocation universelle est soutenu par une réflexion philosophique [ 51 ] face au défi posé par la pensée libertarienne à la Théorie de la justice de John Rawls [ 52 ]. Selon Van Parijs, elle permettrait à chacun de disposer des libertés possibles les plus étendues qui soient, en permettant à la fois à chacun de se vendre sur le marché du travail s'il le désire ou d' agir autrement s'il le préfère [ 52 ].

Ses défenseurs considèrent que l'allocation universelle entraînerait une évolution de la relation contractuelle entre les salariés et leur employeur, plus aucun salarié n'étant dans la situation de devoir accepter n'importe quel emploi pour gagner de quoi vivre: Pour remplir cet objectif assigné au revenu de base, Guillaume Allègre, économiste de l' OFCE , préconise plutôt l'augmentation des minima sociaux ou un renforcement de l' assurance-chômage: Les minima sociaux ont également pour effet d'augmenter le salaire de réservation des bas revenus: L'absence de condition liée au versement de l'allocation universelle est en accord avec le principe du respect de soi de Rawls [ 55 ] de ne pas stigmatiser les bénéficiaires de l'allocation.

Il souligne aussi dans une interview que le niveau de subvention est parfois plus élevé que le minimum social pour les plus riches qui profitent d'activités soutenues par l'État comme l'opéra [ 57 ]. Le cumul de l'allocation universelle avec les revenus implique qu'une tranche de la population bénéficiera de cette aide tout en travaillant, mais ne sera pourtant pas ou peu imposable.

Selon la situation antérieure et selon le type de financement, ce fait peut mener à un surcoût pour l'État que détaille le schéma ci-contre:. Cela entraînerait une augmentation relative des bas revenus et donc un tassement de la hiérarchie des salaires. Une diminution du seuil d'exonération fiscale pourrait limiter cet effet.

Guillaume Allègre, économiste de l' OFCE , attire l'attention sur le coût qu'impliquerait le revenu de base sur les plus hauts revenus: Les arguments en faveur d'un mécanisme d'allocation universelle peuvent sembler contradictoires: Le québécois Groulx en conclut: En effet, les prestations sociales actuelles sont diminuées voire supprimées lorsque les revenus du travail augmentent, pouvant conduire dans certains pays à des situations absurdes où l'individu a parfois financièrement intérêt à ne pas accepter un travail, notamment s'il s'agit d'un travail à temps partiel.

Alors qu'avec le revenu de base l'individu conserve en permanence son revenu et en acceptant un emploi, ses revenus vont augmenter. C'est pour cette raison que les partisans du revenu de base affirment qu'il faciliterait l'ascension sociale. De plus, l'effet réel de ces supposées trappes à inactivité est toutefois contesté, d'abord parce que l'intérêt économique n'est pas le seul mobile gouvernant la recherche d'un emploi, qui obéit aussi à des enjeux de reconnaissance sociale.

Ce genre de problèmes ne se reproduirait plus avec le revenu de base car travailler n'étant plus une obligation, chaque individu, obtenant le droit de se reposer, ne va plus accepter un emploi sous la pression sociale mais selon son propre choix.

Ce genre de situation, selon les partisans du revenu de base, est un exemple de la liberté donnée à chacun grâce au revenu de base, pour eux, l'homme n'est jamais complètement libre s'il ne peut choisir son travail. Mais en réduisant l'incertitude sur les revenus futurs, l'allocation universelle jouerait selon certains de ses partisans comme un filet de sécurité favorisant la prise de risque individuelle, et le lancement dans des projets non-rentables à court terme.

Une proportion plus ou moins grande de la population déciderait que l'allocation universelle leur suffit et cesserait de chercher un emploi ou quitterait son emploi, favorisant ainsi le temps libre , les activités artistiques , philosophiques voire scientifiques , ainsi que le bénévolat. Cela permettrait également, puisque travailler est une contrainte moins forte, une réduction du temps de travail pour ceux qui le souhaitent et une mise en valeur des horaires réduits.

Certaines activités la recherche par exemple n'étant pas souvent rentables à court terme en termes de production pour une entreprise, mais étant bénéfiques pour la société à long terme, elles ne sont pas stimulées par la loi de l'offre et la demande. Selon les partisans de l'allocation universelle, la société aurait tout intérêt à parier sur la participation des individus à son progrès en leur libérant du temps pour leurs activités personnelles et en leur garantissant les moyens de subsister, considérant que l'activité salariée n'est pas la seule à contribuer au progrès de la société.

Certains partisans arguent également que dans l'histoire de l'humanité, on n'a quasiment jamais vu de grands groupes d'êtres humains totalement inactifs.

Selon la plupart de ses défenseurs, l'allocation universelle a vocation à remplacer un grand nombre d'aides sociales existantes [ 12 ] , [ 68 ] , permettant ainsi de surmonter les nombreuses difficultés administratives associées aux prestations sociales classiques [ 60 ] , qui conduisent à un taux significatif de non-recours aux prestations sociales [ 69 ]. Certains détracteurs redoutent que ce système encourage l'État à se recentrer sur ses fonctions exclusivement régaliennes et à délaisser son rôle dans la fourniture de services publics, et qu'il conduise à l'abandon complet des dispositifs de protection sociale [ 70 ].

La complexité croissante du système socio-fiscal forme une contradiction avec l'essence de la démocratie: La simplicité d'un mécanisme d'allocation universelle permet de restaurer les conditions d'un débat démocratique, portant sur les paramètres du système comme le niveau de l'allocation et taux de prélèvement [ 60 ]. Il y a donc deux choix possibles. Soit celui de l'opacité, et c'est le choix dans lequel beaucoup de sociétés se sont en fait engagées avec des politiques de réduction fiscale, qui sont défendues en mettant en avant les effets macroéconomiques bénéfiques qui sont supposés en résulter.

Repenser l'impôt ce n'est donc pas simplement repenser un mode de prélèvements, c'est renforcer la démocratie [ 72 ] , [ 60 ].

L'aide sociale actuelle est destinée surtout à venir en aide aux personnes qui sont pauvres car elles ne sont plus productives les vieux et les infirmes. En revanche, il n'existe pas réellement de dispositif pour aider ceux qui sont pauvres parce qu'ils ne sont pas encore productifs les jeunes et les personnes peu qualifiées , alors que selon les économistes, il serait profitable pour le pays de permettre leur entrée sur le marché du travail.

Les revenus issus du système d' aide sociale actuel varient ainsi en fonction de particularités individuelles. C'est ce caractère universel, inconditionné et individualisant de l'allocation universelle qui la distingue de l' impôt négatif sur le revenu proposé par Milton Friedman. Pour cela, il est essentiel qu'il soit attribué sous une forme qui n'en stigmatise pas, n'en humilie pas les bénéficiaires et qui se fasse donc, en particulier, sans contrôle des ressources contrairement à ce qui se passe, par définition, en cas d'impôt négatif et sans contrôle de la vie privée requis pour vérifier, par exemple, le statut d'isolé ou de cohabitant [ 73 ].

L'allocation permettrait par exemple une plus grande égalité des chances entre étudiants, si certains doivent travailler pendant leurs études. Beaucoup de pays assurent une aide économique pour les personnes en précarité, et tiennent compte de la situation familiale. Par exemple en France, le Revenu de solidarité active peut varier fortement. Considérant les économies d'échelles réalisées par la vie en ménage, le soutien économique de la personne en couple est minoré, proportionnellement à celui d'une personne seule.

Ces effets sont pris en compte par la notion d' unité de consommation UC qui permet de comparer le niveau de vie de ménages de structures différentes. Selon la définition du revenu de base, il est versé à chaque individu indépendamment de la situation matrimoniale.

La vie en couple porterait donc des avantages par rapport au célibat. Cet effet peut être contré par une modification du taux d'imposition des ménages en fonction de leur caractéristique, le surcoût ne perdurerait donc que pour les ménages non imposables. On peut aussi considérer que la cohabitation que ce soit en couple ou en colocation est un choix de vie personnel, qui n'a pas à être favorisé ou sanctionné par les pouvoirs publics. Le choix du terme pour qualifier un commerce d'hommes, femmes et enfants noirs a longtemps été discuté, et continue de l'être.

Pour Serge Daget, il sous-entendait que les victimes étaient déjà esclaves alors que bon nombre d'entre elles étaient nées libres [ 6 ]. La traite négrière occidentale, qui comporte d'importants risques militaires, nécessite une surface financière conséquente: Un homme d'origine plus modeste, comme Henry Morgan , s'y fait une place grâce à son statut de chef des pirates de la Caraïbe au début des années La majorité de ces armateurs il existe quelques exceptions comme la famille Montaudouin ne consacre qu'une partie de leur activité à la traite négrière afin de diversifier les risques.

Craints et respectés dans leur milieu, ces hommes disposent d'un pouvoir considérable, qui explique le développement très rapide de la traite entre et et l'acquisition de fortunes considérables, à une époque où l'argent est rare et circule peu, l'absence d'industrie limitant les possibilités de s'enrichir vite.

Leur influence amène l' Angleterre puis la France à approvisionner en esclaves l' Espagne à qui le traité de Tordesillas interdit l'accès aux côtes d' Afrique. Acquéreur de la Louisiane en , il y importe des esclaves et se heurte aux Amérindiens.

La traite orientale ou arabe-musulmane utilisait les voies commerciales des empires arabe puis ottoman: Elle approvisionnait leurs principaux marchés aux esclaves, dans les grandes villes d' Afrique du Nord et de la péninsule arabique , puis de Turquie. Au Moyen Âge , une partie des esclaves terminaient leurs périples en Europe du Sud , en partie sous contrôle musulman [ 10 ]: La traite d'esclaves noirs vers l'Europe méridionale se poursuivit après la Reconquista espagnole, surtout vers la Sicile et les royaumes de la couronne d'Aragon.

Après le Moyen Âge , quelques esclaves noirs arrivèrent jusqu'en Russie via l' Empire ottoman qui contrôlait la quasi-totalité du pourtour de la mer Noire [ 11 ]. Contrairement à une idée reçue, la traite orientale ne touchait pas davantage les femmes que les hommes et n'était pas particulièrement à finalité sexuelle [ 12 ].

La traite orientale reste la plus longue et la plus régulière des trois traites, ce qui explique qu'elle ait globalement été la plus importante en nombre d'individus asservis: La traite orientale ne se limitait pas aux populations noires.

D'autres groupes ethniques en étaient aussi victimes, notamment des Européens, mais dans des proportions moindres.

Elle prélevait des populations venant des steppes turques d' Asie centrale et de l'Europe slave et suscita des razzias dans le monde chrétien Sud de l'Europe, Empire byzantin. En arabe , Zeng ou Zanj désigne à l'époque les habitants de la côte Est de l'Afrique [ 17 ]. Pour contourner la mainmise ottomane sur les routes du commerce avec l'Orient, le prince Henri le Navigateur finança l'exploration maritime des côtes atlantiques dès Les considérations religieuses s'ajoutaient aux considérations politiques et commerciales: En , la chute de Constantinople prive les négociants européens du commerce transméditerranéen.

Des relations avec l' Afrique subsaharienne sont progressivement mises en place par Henri le Navigateur. Le Vénitien Alvise Cadamosto organise deux expéditions pour les côtes de l' Afrique subsaharienne , en et [ 19 ].

La traite atlantique débuta en par la déportation de captifs africains vers la péninsule ibérique pendant plusieurs décennies [ 20 ]. La première vente de captifs noirs razziés des côtes atlantiques a eu lieu en , dans la ville portugaise de Lagos [ 21 ]. Au siècle suivant, les Portugais convoyèrent les esclaves vers les Caraïbes et l' Amérique du Sud. Les établissements sur la côte africaine sont souvent fortifiés et accueillent parfois un nombre important de soldats et marchands, en lien avec les tribus vendant les esclaves.

Ce sont les Antilles anglaises et surtout françaises qui sont les destinations majoritaires du trafic. Des armateurs du Rhode Island prennent aussi l'habitude du trafic négrier dissimulé. Le Brésil achète, lui, ses esclaves avec de l'or qui est directement recyclé pour acheter des tissus indiens dans les années [ 23 ]. Sans les restrictions aux traites négrières, ce volume aurait au contraire doublé en trente ans, selon l'historien David Eltis, professeur à l' Université Emory , compte tenu de la progression des récoltes et des surfaces plantées aux États-Unis , où la hausse de la productivité et l'allongement de la durée de vie des esclaves ont compensé ces baisses d'importation d'esclaves [ 23 ].

Entre et , neuf négriers du Rhode Island sont condamnés par les tribunaux américains [ 23 ]. Les historiens constatent une chute des prix des esclaves en lorsque les campagnes contre la traite négrière internationale deviennent plus importantes en Angleterre , puis une forte hausse dans les années , en anticipation de l'abolition [ 23 ].

Dans les années aussi, la spécialisation des États-Unis dans le coton fait qu'ils ont presque atteint un quasi-monopole mondial, ce qui les place en position de force face aux marchands d'esclaves [ 23 ]. La majorité des navires commerçant avec les colonies ne pratiquent pas la traite négrière mais le commerce en droiture [ 24 ]. Le circuit en droiture consiste en un aller-retour direct sauf escale nécessaire entre la métropole et la colonie désignée.

Le navire part avec de la marchandise vendue dans la colonie aliments spécifiques, outils nécessaires au fonctionnement des colonies, bijoux, tissu fin pour les colons, tissu grossier pour les esclaves puis effectue le trajet en sens inverse après s'être chargé de denrées coloniales coton , sucre , cacao , café , indigo.

Commerce direct dont l'aller se révèle peu rentable, il est cependant moins risqué risque financier moindre car rotation plus rapide et ne nécessitant pas de faire le détour par l'Afrique et domine aux deux tiers le commerce triangulaire qui est plus tardif [ 7 ]. Pour ses commanditaires, ce commerce représentait le modèle économique le plus sûr: Les esclaves étaient simplement achetés à des fournisseurs africains.

Les conditions de détention des esclaves étaient extrêmement dures: Les esclaves étaient vendus contre des lettres de change ou des matières premières: Les investissements sucriers anglais des années puis français des années , abaissent son prix, mais font monter celui des esclaves en Afrique , relançant les guerres tribales. L' Espagne ignorait le commerce triangulaire. Le traité de Tordesillas lui interdisant les comptoirs en Afrique, elle concédait des licences d'importation, via l' Asiento.

Les premiers esclaves africains arrivent à Cuba dès La création dans les années de la Compagnie du Sénégal et de la Royal African Company dope le commerce triangulaire.

D'immenses fortunes émergent [ 27 ] , sans se réinvestir dans l'industrie: C'est la plus ancienne et la plus obscure, car la moins documentée, des trois traites. Avant , seulement un tiers des captifs africains restaient sur place. Puis entre et , leur nombre devint supérieur à ceux exportés par les traites occidentales et orientales.

Après , les interdictions de traite transatlantique commencèrent à rendre leurs effets et la quasi-totalité des captifs restèrent sur place [ 33 ]. Manning estime à 14 millions le nombre d'esclaves restant sur place, soit l'équivalent de la moitié des captifs exportés par les traites occidentales et orientales [ 33 ]. Le chercheur canadien Martin A. Klein estime lui que, bien avant , plus de la moitié des captifs restaient en Afrique de l'Ouest [ 34 ].

La traite atlantique n'est pas à l'origine de la traite intra-africaine, mais l'augmente et entraîne davantage de guerres tribales. Son existence sert souvent de prétexte humaniste à la constitution des empires coloniaux français, belges, allemand, italien et anglais qui, en effet, y mettent fin mais au prix de la mise sous tutelle coloniale. Les chiffres établis par l'historien Olivier Pétré-Grenouilleau portent à 14 millions le nombre d'Africains réduits en esclavage dans le cadre de la traite intra-africaine [ 35 ].

Ralph Davis a raconté les mutineries de Liverpool en août , dans le port , où des marins de navires baleiniers se révoltèrent contre des armateurs désireux de réduire les salaires et furent rejoints par l'équipage d'un navire négrier, avant d'occuper la Bourse de Commerce , où les soldats furent envoyés pour déloger plusieurs milliers de mutins [ 37 ].

La traite des Noirs est abolie par le Royaume-Uni en , les États-Unis en , et en France, par le décret du 29 mars [ 39 ] , quand Napoléon revient au pouvoir lors des Cent-Jours , confirmé par la suite par l'ordonnance royale du 8 janvier et la loi du 15 avril Ces trois pays n'aboliront respectivement l'esclavage qu'en , et [ 40 ].

La France et le Royaume-Uni ont signé une première convention pour la suppression du trafic des esclaves et un traité contre la traite des Noirs le 30 novembre et une convention supplémentaire le 22 mars [ 41 ]. Cette convention prévoit que d'autres puissances maritimes sont invitées à se joindre à ces conventions. Les villes hanséatiques le font le 9 juin [ 42 ] , le Grand-duc de Toscane le 24 novembre [ 43 ] , la république d'Haïti le 29 août [ 44 ].

Le Brésil abolit officiellement la traite en [ 45 ] mais l'esclavage seulement le 13 mai [ 46 ] , ce qui cause le renversement de l'empereur Pedro II [ 47 ]. Le dernier navire négrier arrive à Cuba en [ 48 ].

Si la traite atlantique disparaît, une traite persiste entre l'île de Zanzibar et le monde arabe. Une nouvelle forme de traite apparaît: L'abolitionnisme avait cependant tenté d'interdire l'esclavage bien plus tôt.

La Révolution française abolit l'esclavage le 4 février [ 50 ] , mais Napoléon Bonaparte le rétablit par le décret du 30 Floréal An X 20 mai après la restitution de la Martinique à la France par la paix d'Amiens 25 mars [ 51 ] et plus encore lors du soulèvement de Saint-Domingue qu'il tente vainement de combattre par une expédition désastreuse qui ne peut empêcher l'indépendance d' Haïti [ 52 ].