Je suis devenu riche en utilisant cette méthode et je gagne désormais plus de 10 000 € par mois.

8 conseils pour choisir le bon poêle à granulés. Economique, confortable, et écologique, le poêle à granulés (ou à pellets) s'impose de plus en plus comme un chauffage principal.

Jamais personne qui répond, par mail ou au téléphone, cours falsifié, impossibilité de retirer son argent bref une belle arnaque…. Il est possible de limiter les conséquences d'une éventuelle interdiction bancaire à un seul des cotitulaires par une clause spécifique reprise dans la convention de compte. EZTrader est un courtier de renom et sécurisée qui fournit les plus hauts standards dans le marché des options binaires. Voir " Conditions particulières ". Cette affaire a été très médiatisée à l'époque.

Band-in-a-Box® et RealBand 2018 pour Windows : Nouvelles Fonctionnalités

PREAMBULE. Ce document est la mise à jour d'un cours que je donnais dans les années sur les cartes à puce et vient compléter la (déjà) abondante documentation sur le sujet.

J'ai choisi les Bitcoin, Litecoin, Ethereum, l'or, les actions Facebook et Apple, mais vous pouvez choisir n'importe quoi. Plus votre dépôt initial est élevé, plus vite vous gagnerez de l'argent. Selon les indicateurs voir ci-dessous , j'échange sur le prix montant ou descendant.

Quand je ne suis pas sûr, je ne négocie pas du tout l'option. Le trading me fait gagner de l'argent, et quand je veux je peux répéter le processus 8 fois en 4 heures.

Avec un depôt plus élevé, je peux négocier plusieurs options à la fois. Quand j'en ai besoin, je retire mon bébéfice. L'argent est envoyé sur mon compte Paypal immédiatement ou sur mon compte bancaire dans les 2 jours. Jetez un oeil au graphique ci-dessous. Il montre combien d'argent vous pouvez gagner en 30 minutes, en 4 heures et 1 mois.

Si vous voulez, ou si vous n'avez pas assez de temps, vous pouvez trader moins souvent. Et, si vous avez beaucoup de temps, et vous voulez gagner de l'argent rapidement, vous pouvez trader plus souvent.

C'est entièrement à votre convenance. J'ai commencé très modestement:. Et aujourd'hui, ma situation est encore meilleure. Au début, c'était comme un rêve. J'ai fait plus en un jour que j'aurais pu faire en quelques semaines dans mon ancien emploi. Au début, je n'y croyais pas, mais après six mois de négociation réussie, J'ai commencé à faire des plans pour l'avenir. Je travaille habituellement environ une heure par jour, et je peux tout faire, de mon lit, en pyjama.

Même si cela peut sembler compliqué, ma méthode n'a que trois options essentielles. Bien sûr, il n'est pas facile de prédire comment une action évoluera au cours d'une année. Mais, heureusement, les options binaires vous permettent de faire du trading à très courts terme , qui ne dure que 30 minutes ou même 60 secondes.

C'est le principal avantage de ma méthode. Et le plus important, c'est la raison pour laquelle je gagne beaucoup d'argent! Tout le texte est expliqué ci-dessous en trois phrases:. Si le graphique a augmenté dans les dernières minutes, comme sur cette image, il est clair qu'il va continuer à augmenter au cours des prochaines minutes.

Si le graphique a chuté dans les dernières minutes, comme sur cette image, il est clair qu'il va continuer à baisser au cours des prochaines minutes.

Vous devez donc parier sur une diminution PUT. Si le graphique n'a pas changé au cours des dernières minutes, il est préférable d'attendre jusqu'à ce qu'il change, ou trouver une autre transaction. Si 30 minutes est trop long pour vous, vous pouvez faire des opérations de 60 secondes 1 minute.

Sur le site que j'utilise , l'ensemble du processus est vraiment facile. Le meilleur guide pour savoir si une action va augmenter ou diminuer est tout simplement le graphique des prix de la dernière heure. Pourquoi cette méthode est si rentable? Tout simplement parce qu'elle me permet de faire de l'argent à la fois lorsque les actions montent et descendent. Je ne possède effectivement pas l'action, mais je peux encore l'échanger d'un simple clic! Toute personne qui possède une action et la maintient depuis plusieurs années, perd de l'argent chaque fois que le marché baisse.

Pas moi - je gagne toujours de l'argent! Je me sers de ce système depuis presque un an et chaque mois je suis dans le positif et gagne de l'argent. Quel que ce soit le cas, que les marchés soient à la hausse ou à la baisse.

Il est difficile de deviner à long terme les tendances et les chiffres exacts. Cependant, ce n'est pas grave du tout! Mais la valeur exacte n'est pas importante - vous avez seulement besoin de savoir qu'elle va augmenter. Après avoir fait votre dépôt, ne tradez pas immédiatement avec la totalité du montant. Divisez le montant que vous avez déposé et tradez avec une partie seulement. Parce que je comprends que tout cela peut sembler un peu compliqué au premier abord, J'ai compilé un bref résumé de la façon dont tout le monde peut gagner de l'argent en quelques étapes simples.

Vous n'avez pas besoin de faire quoi que ce soit de compliqué, comme de l'analyse en profondeur. Vous n'avez pas besoin de rechercher des marchés financiers Tout ce que vous avez à faire est de regarder le graphique qui est disponible dans votre compte ici.

Si une transaction ne fonctionne pas bien pour moi, ce n'est pas la fin du monde, parce que sur le long terme, je fais de l'argent, purement et simplement. Ma méthode ne peut être utilisée partout dans le monde. La plupart des banques et des courtiers ne connaissent pas cette méthode. Et même s'ils la connaissaient, ils ne l'auraient jamais, en aucun cas, partagée avec les gens ordinaires. C'est pourquoi il est très important de choisir un courtier agréé fiable qui vous permettra de faire de l'argent.

Ceux-ci sont mes deux courtiers favoris. Inscrivez-vous à l'un d'eux - ou même les deux. Ils offrent tous deux des conseils, des tutoriels vidéo et un conseiller personnalisé - absolument gratuit. Bonjour j'aimerais avoir des informations comment gagner de l'argent car en ce moment je suis dans la merde financierement Cordialement.

Bonjour mr Damien Laurent j'ai assez reçu les messages parlant du Bit coins mais je sais pas comment le pratiqué. Après avoir lu votre démarche que vous avez quitté votre emploi et là vous-vous retrouvez grace aux crypto monnaies, ça me fera plaisir de savoir comment débuter et si possible de me faire aussi les moyens car le travail que j'éffectue au Congo en tant qu'informaticien ne répond pas à tous mes besoins; en voulant entreprendre je suis tombé sur la crypto-monnaie et j'aimerais mettre cela en pratique.

J'attends patiemment votre réponse et je vous remercie d'avance. Salut je m'appelle Paul,je suis à plus d'un titre par les mail que je reçois chaque fois de votre part mais je ne sais vraiment pas quoi et où commencer.

Bonjour Damien, J'aimerais avoir plus d'informations sur ce procédé s'il vous plaît. Non pas que les informations que vous donnez ne sont pas pertinentes, mais comme toute personne normal, j'ai des doutes, et j'aimerais savoir pourquoi vous nous diffusez ces informations? Je suis tout de même motivé pour essayer, une fois que je saurais vraiment comment faire.

J'attends votre retour, d'avance Merci. Vous recevrez des instructions detaillées dans votre email. Moi au mariage de mon ami à Los Angeles. Cela signifie se tenir au courant des dernières nouvelles économiques mais aussi politiques. Le trading sur le Forex avec les options binaires peut rapporter très gros aux traders. Dans le cas où estimez que la devise en question va dans un futur proche perdre de la valeur, vous misez sur Put.

Ces dernières années, le succès de la bourse en ligne auprès des particuliers est phénoménal. Si vous voulez rejoindre leurs rangs, il existe quelques précautions à prendre pour votre sécurité. Particulièrement sur le marché du forex où recueillir des avis fiables pour spéculer correctement est indispensable. Or, la direction prise par ce cours est influencé par tout un ensemble de variables relativement fluctuantes. Fiez-vous à ces opinions pour éviter de répéter les mêmes erreurs et faire des placements plus judicieux.

Sur de nombreux sites, des professionnels vous prodiguent des cours en direct. La plupart de ces plateformes mettent également à votre disposition une fonction démo pour vous entraîner. Trader sur le Forex pour arrondir son salaire est une solution adoptée par des milliers de traders.

Le trading des options binaires permet de réaliser des bénéfices importants. Le trader a en effet une chance sur deux de gagner. En fonction des brokers, les traders qui entrent sur le Forex pour compléter leur salaire touchent leurs gains au bout de quelques heures ou quelques jours.

Les fonds sont donc disponibles au moment où leurs membres en ont le plus besoin. Une inscription chez un broker en ligne suffit pour trader sur le Forex et pour arrondir son salaire.

Le membre peut ensuite choisir des options sur plusieurs paires de devises: Par ailleurs, plusieurs brokers proposent des applications pour Smartphones. Des avis fiables pour trader sur le forex. Trouver des avis pour un trader sur le forex. Désormais, même sans être diplômé en finances ou posséder une quelconque expérience de la bourse, il est possible de devenir trader et de faire fructifier son capital en misant judicieusement. Pour pouvoir spéculer en bourse, vous devez sélectionner un marché des matières premières, des métaux, des changes, etc.

Le principe est relativement simple: Cette spéculation doit évidemment reposer sur des données pertinentes et dignes de confiance. Vous pouvez trouver des plateformes de discussion sur la plupart des bons sites de trading, ou sur les sites spécialisés dans le conseil en matière de bourse.

Vous pouvez vous contenter de lire les archives, ou entamer un dialogue en direct pour poser des questions précises et obtenir tous les détails que vous souhaitez obtenir. Recommandations de base pour une expérience réussie au e-trading Les forums des sites de bourse en ligne ne traitent pas exclusivement du forex. Pour devenir trader forex, il faut comprendre le fonctionnement de la bourse et celui des courtiers. Cela consiste à spéculer sur la variation de la parité entre deux devises, par exemple entre le dollar et le yen.

Il décrit enfin ce qui fait une particularité importante du dispositif la sécurité et ce, sans l'associer à un facteur de forme carte ni à une technologie particulière. On peut donc intellectuellement envisager son utilisation dans d'autres choses que des cartes. Par contre, j'ai tenu à conserver une brève description des cartes en logiques câblées qui ont été les précurseurs de la carte à microprocesseur.

En , la société Nord Américaine Intel conçoit et réalise les premières mémoires permanentes électroniques inscriptibles électriquement EPROM ainsi que le premier micro-processeur Ok, pour les pinailleurs, il y avait eu le un peu avant mais on ne jouait pas tout à fait dans la même cour. EPROM de mon stock personnel.

A l'origine, on peut remarquer que rien ne liait particulièrement ce système électronique avec la carte plastique au format bancaire. Il en est toujours de même aujourd'hui mais c'est sous cette forme qu'il est le plus répandu et le plus connu. Schématiquement, la carte en logique câblée peut se décomposer en deux sous-ensembles.

D'une part, une mémoire inscriptible électriquement, d'autre part, un automate en logique câblée chargé de gérer les communications avec l'environnement et de contrôler l'accès à la mémoire. Carte à micro-processeur Avec les cartes à microprocesseurs, on assiste à un véritable saut technologique et fonctionnel. Ce sont ces types de cartes qui permettent de réaliser des systèmes d'identification et d'authentification offrant un très grand niveau de sécurité.

Celles-ci ont été inventées par la société Bull et le brevet a été déposé en Michel Ugon. Comme on le remarque, la carte la plus courante n'est pas réellement l'invention de Roland Moréno. A tout cela, on ajoutait une mémoire de type EPROM dont le rôle était de mémoriser de façon permanente des informations durant la vie de la carte. A priori, rien ne la distinguait beaucoup d'un microcontrôleur traditionnel comme le Intel par exemple.

C'est pour cette raison que le brevet sera longtemps contesté par exemple, par Schlumberger qui était alors le leader mondial dans la fabrication des cartes Toutefois, le brevet de Bull-CP8 CP8 pour Circuit portatif des années d'après Roland Moreno finira par s'imposer car ce qui distingue cette carte et en pratique, ce concept d'un banal microcontrôleur est la sécurité. C'est en fait un véritable coup de génie qu'à réalisé Bull-CP8 en positionnant son invention dans ce domaine, ce qui à l'époque, était loin d'être évident.

Cette carte, émise au nom de Supelec Rennes, offrait une application de porte-monnaie privatif sécurisé et a été mise en service en Sa capacité mémoire de l'époque, couplée au fait qu'elle n'était pas effaçable, permettait de l'utiliser environ 2 ans dans une application de restauration collective transactions.

Mais ce qui est intéressant, c'est ce qui est au dos de la carte et qui justifie le véritable intérêt de l'invention de Bull-CP8. La carte d'aujourd'hui semble peu différer de la carte d'alors. En fait, quelques modifications importantes lui ont été apportées. Nous y reviendront plus tard mais on peut tout de même citer:. Pour pouvoir utiliser ce micro-ordinateur, il était nécessaire de lui fournir de l'énergie et de lui donner la possibilité de communiquer avec l'extérieur.

Ces 6 contacts étaient complétés par deux autres réservés à un usage futur. Assez rapidement, il est apparu souhaitable de disposer de cartes permettant de réaliser des transactions sans qu'il y ait nécessité de les insérer dans un lecteur. Dans ce mode, le principal problème à résoudre est l'alimentation électrique de la carte.

En mode contact, cette alimentation se fait via les contacts. En mode sans contact, il faut trouver autre chose. Ces dispositifs étaient par exemple utilisés pour marquer des animaux afin de les identifier par exemple, pour actionner un dispositif d'entrée-sortie ou pour déverser de la nourriture dans une mangeoire.

C'est également dans ces années que l'on a imaginé utiliser des dispositifs permettant de valider un titre de transport dans un bus ou un métro. Le dispositif pouvait être constitué d'un boitier comportant des piles et un lecteur interne permettant de lire et d'écrire dans une carte à contact que l'on insérait à demeure dans le boitier un peu comme les cartes SIM et d'un dispositif de communication RF radiofréquence ou infrarouge pour communiquer avec le valideur.

Les composants électroniques consommant de moins en moins, on a pu imaginer des cartes directement alimentées grâce à l'énergie générée par un champ électromagnétique. Les cartes sont alors munies d'une antenne dont le rôle est double:. Ce sont elles qui méritent vraiment l'appellation de Cartes sans contacts. Cet acronyme signifie que la carte est alimentée et communique en champ proche quelques centimètres avec un lecteur.

La suite de ce cours ne traitera que de ce type de cartes. Pour rendre les choses plus concrètes, un petit rappel de physique élémentaire. Les schémas qui suivent viennent de RFID handbook sur http: Considérez un bobinage caractérisé par sa forme, le nombre de tour de fil de la bobine et sa taille.

Si vous faites passer un certain courant alternatif à une certaine fréquence 13,56MHz pour les cartes dont il est question ici , ce bobinage va produire un champ électromagnétique dans son environnement.

Si vous placez un second bobinage à proximité, sous réserve d'une bonne adaptation et d'une charge adaptée, ce bobinage va récupérer une partie de ce champ électromagnétique qui va générer un certain courant sous une certaine différence de potentiel en fonction de la charge.

Ce courant peut alors être utilisé pour alimenter un montage électronique, dans notre cas, une carte à puce. Puisque les deux bobinages sont couplés, si l'on change les caractéristiques de l'un, il y aura une influence sur l'autre. En particulier, si l'on modifie la charge associée à une bobine, on modifie l'impédance de charge vue par l'autre bobine ce qui créé une différence de potentiel qui peut servir à transmettre une information.

Pour des raisons de performances et de complexité de réalisation, on n'utilise pas directement cette technique. Autour de la fréquence porteuse de 13,56MHz, on va moduler deux sous-porteuses à Ce sont ces sous-porteuses qui serviront à transporter l'information après un filtrage adéquat visant à supprimer la porteuse. Le débit retenu pour ces fréquences est de kbps. Comme vous pouvez le constater, ces techniques ne sont plus très jeunes…. Par composant monolithique, il faut comprendre que tous les éléments du micro-ordinateur décrits ci-dessus se trouvent implantés sur une seule pastille de silicium monocomposant.

Ce concept très important permet de garantir qu'il est très difficile, de déterminer un chemin de données entre les différents éléments. De cette façon, il est très difficile d'espionner les informations circulant entre le micro-processeur et la mémoire EPROM ni d'intervenir au niveau de cette mémoire pour y mettre des informations non désirées. L'utilisation de ce type de mémoire plutôt qu'une simple PROM rend quasi impossible sa relecture par attaque directe loupe binoculaire ou microscope électronique.

En simplifiant, la mémorisation au niveau d'une cellule consiste à piéger des électrons dans la porte d'un transistor à effet de champ. Cette base est isolée du drain et de la source par une barrière isolante d'oxyde de silicium SIO2.

La cellule est programmée en injectant des charges sous haute énergie à travers la couche d'oxyde. Les électrons se trouvent alors piégés dans la porte. Il peut se produire un léger courant de fuite qui fait que la cellule se déchargera spontanément au bout d'un certain temps.

En pratique, je dispose de cartes ayant 25 ans et qui conservent toute leur mémoire. Elles avaient tendance à perdre la mémoire au démarrage du fait d'une mauvaise gestion de la remise à zéro qui entraînait des écritures non contrôlées. Par construction, il est impossible d'accéder directement aux mémoires de la carte.

Toutes les opérations de lecture et d'écriture sont contrôlées par le micro-processeur et son programme associé. Ces sécurités physiques justifient les moyens logiques mis en oeuvre dans les programmes de la CAM afin d'en faire un moyen sûr pour réaliser les fonctions d'identification, authentification, certification, etc.

Il est délicat de décrire les fonctions offertes par une CAM dans l'absolu. Il est en effet possible de créer autant de programmes d'application de carte que l'imagination le permet. Toutefois, certaines d'entres elles font partie du lot habituel que l'on rencontre sur ce type de carte:. Les CAM peuvent exécuter des ordres permettant d'effectuer des opérations de lecture et d'écriture, des calculs cryptographiques, etc.

L'exécution de ces ordres peut être soumis à certaines contraintes comme des présentations de codes secrets. Dans de nombreuses applications, une carte est affectés à un porteur utilisateur donné et identifié exemple, la carte bancaire, la carte santé. L'accès à certains services nécessite que l'on ait l'assurance que l'utilisateur de la carte en est bien le porteur légitime.

De nombreuses cartes offrent un mécanisme d'authentification du porteur. Généralement, cette authentification se fait par l'intermédiaire d'un code secret ou code porteur ou PIN que seul le propriétaire de la carte est censé connaître. C'est la carte elle-même et non un équipement externe qui vérifie le code qu'on lui présente et autorise ou non l'exécution des autres ordres que l'on est susceptible de lui présenter.

Généralement, il est prévu un mécanisme qui bloque la carte lorsque le nombre de codes faux présentés dépasse une certaine valeur. Certaines cartes offrent la possibilité d'enregistrer une caractéristique biologique de son porteur ou au moins la signature de cette caractéristique. Il peut s'agir d'une empreinte digitale ou d'un fond d'oeil. Les progrès réalisés dans la reconnaissance de l'écriture manuscrite permettent également de faire une reconnaissance de signature.

Dans les télétransactions transactions à distance via un réseau téléinformatique par exemple , il n'est pas possible de s'assurer visuellement que la carte utilisée n'est pas une carte simulée. On va alors lui faire exécuter un calcul cryptographique dont le résultat dépend d'une information secrète contenue dans sa mémoire. Il est souvent possible de conditionner l'exécution de ce calcul par une authentification préalable du porteur. De cette façon, on a l'assurance, d'une part de dialoguer avec une carte émise par un organisme autorisé et d'autre part, que l'utilisateur de la carte en est bien le propriétaire.

Comment s'assurer à distance qu'une information censée être lue dans la mémoire d'une carte est effectivement inscrite dans cette mémoire? Un cas typique est la lecture à distance d'une date de fin de validité ou d'un solde de porte-monnaie.

La lecture certifiée d'information est un moyen de s'assurer qu'une information est effectivement inscrite dans la mémoire de la carte. Le mécanisme utilisé est similaire à celui de l'authentification de la carte sachant que le résultat du calcul cryptographique dépendra également de l'information que l'on désire certifier.

Certaines applications nécessitent de chiffrer les informations à transmettre. Jusqu'à l'apparition des méthodes de chiffrement à clé publique, un des problèmes consistait à faire parvenir de façon sûre, la clé de déchiffrement au destinataire.

Grâce à ses fonctions de calcul et les informations secrètes pouvant être contenues dans la mémoire de transaction, la carte peut être utilisée comme générateur de clé pour une machine à chiffrer et même se substituer à cette dernière. La plupart de ces fonctions sont rendues possibles grâce aux fonctions de calcul offertes par la carte. Tout cela ne s'est pas fait sans mal. Dans les années , la cryptographie était contrôlée et nécessitait des autorisations de la part du service du chiffre puis du SCSSI Service Central de la Sécurité des Systèmes d'Information, créé par Laurent Fabius en Généraliser l'utilisation d'une carte à puce bancaire revenait donc à généraliser le port d'arme pour tous les citoyens puisque la cryptographie était considéré comme une arme de guerre pour les opérations de chiffrement décret loi de Finalement, les cartes furent décontrôlées moyennant le fait qu'à l'époque, elles ne pouvaient pas mettre en oeuvre des algorithmes trop sophistiqués ce qui de toute façon était rendu difficile par le peu de capacité mémoire et puissance de calcul des composants de l'époque et moyennant le fait qu'elles ne faisaient pas de chiffrement TELEPASS était une fonction non réversible à clé secrète.

Depuis la fin des années , la tendance est plutôt inverse et les cartes sont devenues de véritables ressources cryptographiques. Si l'on exclue les émetteurs de cartes et les sociétés de services et d'ingénierie, les principaux intervenants dans la fourniture des moyens CAM sont:. Comme on le verra, certaines de ces fonctions sont souvent regroupées au sein d'une même société.

La figure ci-dessous décrit les différentes phases de vie d'une carte à puce et permet de mieux comprendre l'intervention des différents acteurs décrits ci-après. On trouve essentiellement quelques Européens, quelques Japonais et un Coréen. La première offre était basée sur le Depuis, la gamme s'est étoffée et après un passage à vide au milieu des années , le groupe refait partie des fournisseurs importants de ce type de composants. En , la société s'appelait NXP.

SAMSUNG, considéré comme le deuxième fabricant de composants dans le monde en , est devenu un des fournisseurs important de composants sécurisés.

ATMEL partie européenne fut également une société réputée dans ce domaine. Il sous-traite donc cette activité. WiseKey n'étant pas particulièrement reconnu dans ce domaine, cet événement marque probablement la fin de la filière issue d'ATMEL. Les Japonais ont eu également plusieurs sociétés fabriquant des composants pour cartes à puce. Puisque l'on parle de composants, il est temps de donner une petite idée des performances de ceux que l'on a pu trouver sur le marché jusqu'aux modèles actuels.

Et voici deux photographies de deux composants ayant environ 10 ans d'écart. On note une plus grande accessibilité aux bus sur le premier composant que sur le second ou tout semble noyé glue logique.

Sachant que le second composant avait probablement un bouclier actif qui a été retiré pour la photo. Voila pourquoi, les technologies évoluant, il est important de ne pas laisser trop longtemps des cartes sur le terrain. Des composants qui étaient résistants à des attaques de haut niveau il y a dix ans ne le sont plus forcément aujourd'hui. L'activité de production de masque sera finalement reprise par la société Axalto elle-même issue de la société Schlumberger voir ci-après.

Bull n'a donc plus d'activité dans ce domaine. On se rappellera que Sligos a été une société importante dans l'encartage via sa filiale Solaic, revendue en à Schlumberger qui a donné naissance à Axalto devenue Gemalto suite à la fusion avec Gemplus, voir plus loin. ATOS et Bull ont donc toutes deux eu à faire avec la carte à puce dans leur histoire et toutes les deux, ont finit par abandonner cette activité.

C'était juste pour l'anecdote. Sauf qu'en décembre , l'histoire aurait pu bégayer. Suite à une baisse de ses activités, Gemalto s'est trouvée dans la position d'être repris par le marché. Mais c'est finalement Thalès qui a remporté le morceau.

Avec le rachat de Morpho quelques mois auparavant, l'année aura été fertile en bouleversements dans le marché de la carte. Reste à savoir si Thalès saura valoriser cette acquisition. Rien n'est moins sur Rendez-vous dans quelques années. Philips-TRT que l'on a déjà cité parmi les fabricants de composants est également un concepteur de masques.

Les cartes D1 et D2 produites à la fin des années étaient particulièrement bien adaptées aux applications de sécurité contrôle d'accès et d'habilitation à des systèmes d'informations, signature électronique En , un accord a été signé avec Bull-CP8 afin de mettre en commun les ressources nécessaires en matière de recherche et développement de nouveaux masques.

Cette entité a été vendue à l'anglais Delarue. Schlumberger a longtemps revendiqué le titre de premier producteur de CAM au monde. Si l'on ne prend en compte que les cartes à micro-processeur, Schlumberger n'était dans les années qu'un tout petit producteur ce qui n'exclut pas d'avoir de l'ambition. Jusqu'en , le plus gros de la production de cette société était encore la carte F carte en logique câblée avec comme plus gros client France-Télécom Télécarte.

A partir de , Schlumberger pouvait revendiquer une place de leader aux cotés de la société Gemplus. Finalement, l'activité carte de Schlumberger donnera naissance à la société Axalto qui reprendra les activités de conception de masque et de lecteurs de Bull-CP8. Gemplus, créé en a eu un démarrage fulgurant grâce à un produit particulièrement souple: L'offre de cette société était basée sur un masque programme offrant des fonctionnalités de base, quelque soit le composant utilisé et laisse à l'utilisateur final le soin de rajouter les fonctions spécifiques qui lui étaient nécessaires.

On avait donc une offre réduite en terme de masque programme mais une adaptabilité très grande. Finalement, en , Axalto et Gemplus annonceront la fusion de leurs activités pour créer le leader mondial dans la réalisation de cartes.

La société issue de cette fusion sera baptisée Gemalto. Après avoir repris les activités de production de Bull-CP8, Oberthur SC a racheté les activités cartes de Delarue et a commencé la conception de masques. En , Oberthur était considéré comme un des trois premiers mondiaux dans le domaine de la carte. Cette activité a été revendue par son fondateur à un fond de pension américain en , le fondateur ne conservant que l'activité fiduciaire fabrication de billets de banque entre-autres. Sagem a également longtemps été un concepteur de cartes et ce, dès les années Finalement, Oberthur a racheté Morpho pour donner naissance en septembre à un nouveau groupe nommé Idemia nom que je trouve particulièrement sans saveur!

A coté de ces poids lourds, il existe une multitude de petites ou moyennes sociétés oeuvrant dans le domaine des cartes de haute sécurité. Michel Hazard ayant souhaité prendre sa retraite, il a vendu sa société à Nagra en On pourrait également citer Innovatron créée par Roland Moreno qui a produit elle-même ou une de ses filiales des masques de cartes.

Les encarteurs partent d'un composant déjà masqué programmé et l'insèrent dans une carte plastique au format ISO. Dans les années , de nombreux encarteurs venaient du monde de l'impression par exemple, SG2, filiale de la banque Société Générale, mais aussi Oberthur, Delarue, Ruwa Plast ex Ruwa Bell , etc.

Toutefois, au moins au début de la carte, un des principaux problème consistait à se doter de machines capables d'insérer le composant dans le support plastique, en plus, parfois de créer ce que l'on appelle le micro-module, c'est à dire, le composant monté sur ses contacts. Tous les grands encarteurs que j'ai connus ont créé leurs machines, jusqu'à ce que le marché soit suffisamment développé pour qu'une offre industrielle soit enfin disponible.

C'est peut-être ce qui a fait la différence entre ceux étaient en mesure de spécifier et de faire fabriquer ou fabriquer eux-mêmes ce genre de machine et les autres qui n'étaient concentrés que sur le processus industriel typiquement, les imprimeurs. La personnalisation électrique d'une CAM par opposition à la personnalisation graphique consiste à inscrire les informations indispensables à l'application pour laquelle elle est émise.

Ces informations peuvent être l'identité du client, le code porteur, les clés secrètes, etc. En , cette activité avait déjà subie une forte concentration et se trouvait regroupée chez les concepteurs de masques. Les chiffres parlent d'eux-mêmes source Eurosmart. En , le marché des cartes à microprocesseur représentait environ 60 millions d'unités environ 9 milliard en et le marché des cartes en logique câblées représentait environ millions d'unités. C'est en que le nombre de cartes émis dans le monde est devenu supérieur à celui émis en France.

Cartes émises par d'autres fournisseurs de service ou enseignes pour la fidélité. Cartes à usage social avec application de paiement. Téléphones mobiles, tablettes, outils de navigation et autres objets connectés comportant un élément sécurisé sans application SIM.

Cartes émises par des opérateurs pour le transport, le stationnement i. Cartes émises par les opérateurs de télévision à péage i. Cartes d'accès physique ou logique. Dans certaines applications signature électronique par exemple , même l'émetteur n'est pas en mesure de créer une nouvelle carte ayant les mêmes caractéristiques que celle qu'il vous a fournie précédemment.

Cet objectif de sécurité ne peut être atteint que si certaines conditions sont réunies:. Avant d'aborder chacune de ces conditions et de voir comment on les vérifie, on dispose à la date de rédaction de ce document de suffisamment de recul pour déterminer si les cartes répondent à cet objectif. Beaucoup d'attaques sur les cartes citées par la presse généraliste n'en sont pas. Cette affirmation peut sembler bizarre à certains et mérite une petite illustration en guise d'explication.

La première attaque sur les cartes dont je me souviens a fait la une des magazines dans les années A cette époque, des étudiants grenoblois s'étaient fait pincer par la police parce qu'ils vendaient de fausses Télécartes qui étaient fonctionnellement acceptées par les publiphone. Pour ceux qui ne savent pas comment fonctionnaient les Télécartes de l'époque, il y a un petit chapitre à ce sujet dans ce cours. Mais en résumé, les Télécartes ne répondaient absolument pas au critère de non-reproductibilité.

Il s'agissait d'une simple mémoire de bits en lecture libre, comportant dans une partie non réinscriptible, une information identifiant France-Télécom et pour le reste, un nombre de bits pouvant être écrits, chaque bit correspondant à une taxe téléphonique. Les étudiants se sont contenter d'émuler ce fonctionnement dans un microcontrôleur avec quelques centaines de lignes d'assembleur pour l'essentiel, gestion du dialogue carte qui est particulièrement simple dans le cas présent et émulation du fonctionnement de la mémoire qui est encore plus trivial.

Parler d'attaque sur les cartes à ce propos était donc un non-sens puisque la carte ne prétendait à aucune sécurité à par la protection en écriture de certains bits. Il s'agissait en fait d'une attaque sur le système. Cette clé était utilisée pour mettre en oeuvre une authentification statique des cartes bancaires.

Une fois la clé cassée, il était alors possible de réaliser de vraies-fausses cartes pouvant être utilisées en yes-card une carte qui répond toujours ok à une présentation d'un code porteur ou PIN. Calcul de vérification de signature à partir de la VA et de la clé publique correspondant à la clé privée ayant permis de constituer la VA. Si le résultat du calcul permettait de retrouver les informations signées et mémorisées dans la carte, alors, on pouvait en conclure que la VA avait bien été générée par une autorité connaissant la clé privée, donc, une banque.

Cette mise en oeuvre ne fait nullement intervenir un mécanisme de sécurité de la carte qui se comporte ici comme un simple support de mémorisation. On aurait pu faire de même avec une carte à piste magnétique si celle-ci avait eu la possibilité de mémoriser une quantité de données suffisante. Une partie de la sécurité du système reposait donc sur le fait que la clé RSA devait être l'état de l'art. En pratique, l'authentification statique des cartes, qui pouvaient convenir pour assurer la sécurité du système à son lancement, n'était plus adaptée dans les années Il fallait passer à l' authentification dynamique vérification de la possession par la carte de la clé privée via un challenge ce qui fut fait quelques années plus tard.

Ce cas est emblématique des confusions qui ont été faites à l'époque sur la sécurité des cartes. La sécurité des cartes bancaires, s'inscrivant dans un système particulier le système CB avait bien été compromise, mais sans qu'il y ait une attaque sur les cartes. Cette affaire a été très médiatisée à l'époque. Il est intéressant de savoir comment elle s'est conclue, ne serait-ce que pour éviter de se retrouver dans une mauvaise situation lorsque l'on est amené à expérimenter dans le domaine des cartes.

Humpich a été condamné pour avoir accédé sans autorisation à un STAD système de traitement automatisé de données. Cette condamnation a été confirmée par la cour d'appel de Paris en Ross Anderson de l'université de Cambridge au Royaume Uni s'est fait une spécialité de publier des attaques sur les cartes à puce. Si certaines sont de vraies attaques, dans le sens où elles visent à mettre en défaut des mécanismes de sécurité des cartes en général par exemple, via des attaques semi-invasives utilisant des lasers ou des impulsions électromagnétiques , beaucoup d'autres, sont liées aux systèmes qui les mettent en oeuvre comme par exemple, celle publiée en Cette attaque est rendue possible parce que l'information provenant de la carte et indiquant qu'un PIN correct a été présenté n'était généralement pas utilisé à la date de parution de l'attaque.

Inconvénient, seule la banque était en mesure de vérifier le cryptogramme car à l'époque, l'algorithme était un hash-MAC. Mais le point avait été bien vu dès cette époque. En avril , un consultant français Renaud Lifchitz publie une présentation Hacking the NFC credit cards for fun and debit montrant qu'il est possible de récupérer les informations circulant en clair entre une carte bancaire sans contact et un terminal.

Là encore, la sécurité de la carte elle même n'est pas en cause puisqu'à aucun moment, il n'a été prévu une quelconque protection en confidentialité des informations transmises. Il s'agit donc bien d'une caractéristique du système qui par conception transmet les données en clair. Deux points de vue sont à considérér: Pour la CNIL vie privée , certaines informations sont considérées comme personnelles nom, log des transactions. Ce problème a été en partie réglé puisqu'en , un rapport de l'OSCP Observatoire de la Sécurité des Cartes de Paiement précisait que "le nom du porteur n'est en effet plus accessible lors des échanges en mode sans contact pour la très grande majorité des cartes émises en France.

Pour les banques fraude , le président du groupement des Cartes Bancaires signalait en avril l'absence de fraude constatée. Mais ce qui nous intéresse dans ce paragraphe, c'est la façon dont le sujet a été traité par les médias.

De ce point de vue, ont peut être partagé:. Par rapport aux années , on peut se féliciter que la presse a cette fois su faire la distinction entre la sécurité des cartes en général et la sécurité des systèmes qui les mettent en oeuvre. En bref, la présentation du consultant n'avait pas lieu d'être, si ce n'est à titre d'illustration de quelque chose de bien connu.

Les plus connues et les plus spectaculaires concernent la télévision à péage: Cela a donc été fait et la bagarre est permanente entre ceux qui attaquent et ceux qui conçoivent les nouvelles cartes. Les attaques proviennent parfois d'une erreur de construction un bug logiciel découvert plus ou moins par hasard par quelqu'un.

Ces cas ont été assez rares en pratique puisque jusqu'à une époque récente, le développement des cartes était assez bien maitrisé par les masqueurs. La complexité des nouvelles cartes augmentant considérablement, il est possible probable que le nombre de bugs va lui aussi augmenter, rendant intéressante la recherche des erreurs de construction qui peut souvent être faite à moindre coût avec simple PC et un lecteur.

Si ces cas venaient effectivement à se généraliser, ils mettraient en péril tout un pan de l'industrie. Il existe aussi des erreurs de construction sur le matériel qui favorisent plus ou moins les possibilités d'attaques. Je connais au moins un cas où une carte a été émise avec un composant comportant un problème de fabrication connu. Il a fallu attendre très peu de temps pour qu'il soit exploité. La leçon que l'on doit en tirer est que si on connait une faiblesse, il ne faut pas trop compter sur le fait de ne pas la divulguer pour empêcher son exploitation.

Si les enjeux en valent la peine, elle sera exploitée. Certains cas d'attaques réussies concernent des cartes qui ont été émises il y a fort longtemps. Les techniques de microélectroniques évoluent, les équipements de conception et de test également, donc les équipements d'attaque aussi La sécurité d'une carte ne fait donc que se dégrader dans le temps.

Ce qui était très difficile à une époque devient simplement difficile un peu plus tard jusqu'à devenir parfois trivial. La conséquence est que les émetteurs de cartes doivents déterminer une période de validité des cartes en fonction des risques assumés et surveiller le niveau de résistance réelle des cartes sur le terrain.

Certains émetteurs ayant des exigences de sécurité élevées demandent à ce que cette sécurité soit vérifiée à travers des évaluations. Les chapitres qui suivent donnent un aperçu de leur contenu. Mais là comme ailleurs, il n'y a pas de mystère: D'où le nombre régulier de publications portant sur des attaques de cartes réussies et parfois triviales: Enfin et pas que dans ce domaine, il faut conserver un oeil et un esprit critique vis-à-vis des publications, y compris, des publications universitaires: Le travail de beaucoup de chercheurs, parfois renommés, est de chercher Et une façon d'en faciliter l'obtention est de publier.

Parfois, ces publications révèlent des pépites. Ce questionnement était justifié. Jusqu'en , les industriels concernés étaient peu nombreux, et honorablement connus. A partir de le marché s'est développé à grande vitesse. De multiples projets apparaissaient, la technologie se banalisait, de nouveaux acteurs plus ou moins connus voyaient le jour, le marché devenait mondial. Les résultats ont été présentés alors au salon Cartes Mais le véritable booster est arrivé lorsque la Banque de France a demandé au GIE-CB des preuves concernant la sécurité des cartes bancaires.

Le GIE-CB s'est alors tourné vers le SCSSI devenu depuis l' ANSSI pour faire évaluer la sécurité des cartes et a inscrit dans son règlement que l'agrément des cartes bancaires c'est à dire, en pratique, le sésame permettant aux fournisseurs de cartes de vendre aux banques ne serait donné que si les cartes avaient subi une évaluation selon les Critères Communs certifiée par le SCSSI.

Elle a permis le développement d'une expertise dans le domaine de la sécurité des composants et des cartes, en France tout d'abord, puis en Allemagne gros fournisseur de composants pour les applications bancaires et en Hollande. La reconnaissance de cette expertise a largement dépassé le cadre européen.

Elle a poussée vers le haut le niveau de sécurité des aux autres applications signature électronique, identité, passeport, etc. La certification sécuritaire est devenue un sésame pour l'export en dehors de l'Europe, certains pays non européen demandant explicitement des cartes certifiées en Europe. L'évaluation de la sécurité d'un produit consiste à vérifier que ce produit est conforme à un référentiel d'exigences. Cette évaluation est réalisée par un laboratoire d'évaluation.

Celui-ci peut lui-même être conforme à une norme internationales typiquement, ISO qui garantie en particulier. A noter que ces principes sont applicables à quasiment tous les domaines sauf En effet, cette analyse fait en effet intervenir une part d'expertise qu'il n'est pas possible de cadrer entièrement du fait de sa subjectivité, sauf à faire perdre tout intérêt à l'évaluation. C'est pourquoi, afin d'offrir un certain niveau de garantie concernant ce point, il est nécessaire qu'un acteur soit présent dans le processus pour s'assurer que les analyses faites par les laboratoires d'évaluation sont bien au niveau de l'état de l'art.